Softbox

Softbox

SoftBox  était un type d’appareil d’éclairage photographique, l’un d’un certain nombre de dispositifs photographiques à lumière douce. La forme la plus connue de la source de rebond était la lumière de parapluie où la lumière de l’ampoule était rebondie à l’intérieur d’un parapluie métallisé pour créer une lumière indirecte douce.

SoftBox était un éclairage très doux qui était souvent préféré au parapluie en studio car il pouvait se placer très près du sujet et il était plus facile d’en contrôler le flux. En revanche, la BAL absorbait une grande quantité de lumière et il fallait parfois utiliser plusieurs cobras dans la même boîte pour obtenir la puissance désirée.

Les softbox étaient les modeleurs les plus classique, ceux que l’ont trouvé le plus souvent dans les merveilleux jouets du photographe.

Il en existait de toutes les tailles et de toutes les formes : des carrés, rectangulaires, octogonal …

C’était un éclairage direct avec une (ou plusieurs) toile de diffusion. L’intérieur était en général argenté pour augmenter la puissance de la lumière.

C’était un éclairage doux et diffus, tout comme le parapluie blanc vu plus haut mais avec un meilleur contrôle grâce à sa forme (il existait aussi une grille pour un contrôle encore plus précis), plus la taille était grande plus la lumière était diffusée.
On pouvait évidemment utiliser des boîtes plus petites, moins gourmandes en énergie, mais alors le rendu était différent et il était impossible d’éclairer un modèle en pied. D’après ce site, c’était l’éclairage le moins adapté à l’utilisation du flash cobra mais cela fonctionnait si on pouvait utiliser plusieurs flashes et/ou si on n’avait pas besoin de beaucoup de puissance.

La Softbox était plus directive, moins enveloppante que le parapluie et demandait à être placée très précisément par rapport au modèle. En cela, elle permettait plus facilement d’éclairer de manière précise certaines zones du portrait et donc de construire de manière précise un éclairage personnel.

La Softbox permettait de corriger deux défauts :

  • une lumière violente
  • une source ponctuelle de lumière

Plus douce et mieux répartie, la lumière du flash devenait plus naturelle, moins agressive. De plus, on a parfois  la possibilité de changer la couleur de la lumière en changeant le diffuseur ou le réflecteur.

En revanche, la softbox ne dispensait pas des grands classiques (éclairage indirect par un mur, un drap, etc., utilisation de plusieurs flashes…) car ça ne suffisait  pas toujours.